Domaine de Sarraux-Dessous

Les Serraux

Une commune à part entière

Les Serraux, dont le nom apparaît pour la première fois en 1145 associé à celui de Begnins, ont constitué longtemps une commune distincte, avec son château à Serraux-Dessus et sa cour de justice. En 1480, Serraux-Dessous fut détaché de la seigneurie et devint un rière-fief.

Tombée progressivement en ruine, la commune s'est éteinte en 1616, époque où les nobles de l'Harpe possédaient le château. Serraux fut réuni dès lors à Begnins, qui fut « seul chargé de payer la cotte de guerre, l'entretien de l'église paroissiale et toutes autres charges publiques ».

Le rattachement à Begnins

En 1762, les Sturler, propriétaires de Serraux-Dessus, tentaient d'obtenir la séparation d'avec Begnins et la restauration de l'ancienne communauté. Le 1er avril 1767, après cinq années de palabres, une sentence baillivale confirmait le rattachement de Serraux à Begnins : « La commune de Serraux ayant cessé dès très longtemps les exercices majeurs de communauté, n'étant point comprise dans le cadastre des communes du bailliage, étant actuellement ignorée de LL.EE., elle ne peut reprendre son activité sans la permission du Souverain à qui seul il appartient de créer des communautés... ou de redonner vigueur et activité à une communauté qui a cessé de l'être par le non exercice... » Begnins ne pouvait cependant exiger aucun droit d'habitation des grangers, vignerons, fermiers et domestiques des seigneurs Sturler et de Mestral, ni de leurs perpétuels successeurs. Les autres particuliers devaient payer la finance d'habitation.

la Commune des Serraux

Il ne subsiste actuellement de l'ancien village que les deux grosses maisons vigneronnes, ainsi qu'une habitation récemment restaurée, ornée d'une belle porte romane datant probablement du XlIe ou XIIIe siècle. Longtemps considéré comme l'ancienne chapelle du domaine, ce bâtiment fut probablement destiné dès l'origine à abriter des chars.

Le Pont des Battues

En 1773, Jean Antoine Rigot, seigneur du Martheray, fit construire le pont des Battues qui enjambe le ruisseau de Fontanette et relie Serraux-Dessus à Begnins. Il y fit graver l'inscription suivante :

« Des bienfaits de la Providence j'offre à la postérité ainsi qu'à son utilité le prix de ma reconnaissance ».

Sous le pont, une pierre porte ces mots : « Bénissons Dieu », avec la date 1772.

L'orthographe du nom

L'orthographe de ce lieu-dit est incertaine. Si Serraux apparaît le plus fréquemment dans les documents anciens, on trouve également Serreaux, Sarraul, Sarraulx... (Le nom serait dérivé du bas latin serra, ou sarra, signifiant enceinte, clôture).

Serreaux-Dessus, Sarraux-Dessous, l'habitude s'installe d'orthographier différemment les deux domaines viticoles, derniers vestiges pourtant d'une même commune.

Tiré de: "Begnins à rebrousse-temps" par Gabrielle Sénéchaud
Web Analytics